le forum des dionées

forum de discussion sur les plantes carnivores
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Fermeture des dionaea au niveau moléculaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fanny Lemarié
Débutant
Débutant


Féminin
Nombre de messages : 2
Age : 27
Localisation : Deux-Sèvres
Date d'inscription : 24/02/2008

MessageSujet: Fermeture des dionaea au niveau moléculaire   Dim 24 Fév - 14:06

bonjour à tous. Je suis en classe prépa bio et je réalise un TIPE sur la modélisation de la fermeture des pièges de dionaea.... et en faite je ne trouve pas beaucoup d'informations sur le sujet alors je pannique un peu. si certains d'entre aurait des informations sur le sujet ou si vous connaissez des adresses simpas, merci de me les communiquer!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
speeddy31
Administrateur
Administrateur


Masculin
Nombre de messages : 5302
Age : 36
Localisation : Midi-Pyrénées
Humeur : Toujours zen
Date d'inscription : 12/08/2007

MessageSujet: Re: Fermeture des dionaea au niveau moléculaire   Dim 24 Fév - 14:27

tu trouvera tes reponses ici:Cette perturbation du potentiel de repos va provoquer ensuite une onde électrique qui se propage par la membrane plasmique dans toutes les cellules du piège. Mais comment cette onde électrique se propage au sein de celui-ci ? La modification du potentiel de repos d’une première cellule sensorielle provoque donc une modification dans les membranes des cellules voisines, créant un nouveau potentiel d’action et ainsi de suite, jusqu’à ce que cette onde électrique arrive aux cellules motrices, responsables du mouvement du piège. Cette propagation s’effectue donc grâce à une « réaction en chaine » où chaque cellule intervient, ce qui permet à l’onde électrique de ne pas perdre en intensité.

L’onde électrique, parvenue aux cellules de la face interne du piège, va permettre l’activation d’une nouvelle enzyme intervenant dans le processus de fermeture du piège, la pompe à protons. Une fois actionnée, la pompe, située au niveau de la membrane cellulaire, va libérer de l’acidité sous forme d’ions H+ et produire de l’énergie.

La pompe à protons va donc transférer des ions H+ et donc de l’acidité de l’intérieur de la cellule de la face interne du piège à la membrane des cellules de la face externe du piège. Il faut également noter que cette pompe, bien qu’elle soit active après une stimulation électrique, ne libère de l’acide qu’après deux stimulations. Ceci explique donc le fait qu’il faille deux stimulations au niveau des poils sensitifs pour que le piège se referme.

Les ions H+ libérés par la pompe à protons entraînent une acidification des cellules de la face externe du piège. L’acidité va ensuite agir sur les liaisons entre les fibres de la paroi ce qui provoque une diminution des forces ioniques qui sont responsables de l'assemblage des fibres (polymères) qui constituent la paroi cellulaire solide autour des cellules. En conséquence, les parois externes vont se ramollir. Les cellules de la paroi vont ensuite profiter de ce ramollissement de leur « coque » pour s’étendre grâce à une entrée d’eau dans le milieu intracellulaire et plus précisément dans la vacuole. S’en suit une resolidification des parois du lobe du piège due à l’allongement des cellules qui exercent plus de pression sur cette même paroi (pression osmotique), à l’image d’une feuille fanée retrouvant de l’eau. Le lobe du piège se courbe donc vers l’intérieur, les cellules de la face externe du lobe étant plus allongées que les cellules de la face interne.

La dionée, plante mystérieuse par son apparence l’est aussi dans son fonctionnement. En effet, la « Vénus attrape-mouches » détient encore de nombreux secrets : en passant une flamme sous le piège, celui-ci se referme. Cette expérience a été découverte par hasard par son auteur et il n'est pas encore possible de relier la présence d'une flamme au repliement du piège à l'aide des connaissances actuelles. Preuve, s'il en est besoin, que de nombreuses autres recherches sont encore nécessaires.

_________________

Recherche: les différents cultivar de cephalotus.\'Eden Black\' \'Dudley Watts\', \'Crimson\'\'Adrian Slack\'\'Big Boy\'\'German Giant\'\'Giant\'\'Hummers Giant\'\'Ivan’s Giant\'\'Julie Jones\'\'Phil Mann\'\'Vigorous Clumping\'\'


 Galerie photo du forum des dionées: http://picasaweb.google.com/speeddy31/


Invité N'hésite pas à aller voir Ma liste hy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.leforumdesdionees.com
Fanny Lemarié
Débutant
Débutant


Féminin
Nombre de messages : 2
Age : 27
Localisation : Deux-Sèvres
Date d'inscription : 24/02/2008

MessageSujet: Re: Fermeture des dionaea au niveau moléculaire   Jeu 6 Mar - 18:37

merci pour ces informations. est ce que quelqun connaîtrait des sites ou des livres sur le sujet. Je manque encore cruellement d'information pour rédiger mon dossier de TIPE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fermeture des dionaea au niveau moléculaire   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fermeture des dionaea au niveau moléculaire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Serapias gregaria?
» BILLES BUBBLE GUM
» Charbon Actif, l’Adsorption Moléculaire
» Charbon Actif, l'Absortion moléculaire
» Diagramme d'energie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
le forum des dionées :: LES FICHES DE CULTURE PAR GENRE :: Fiches de culture :: Dionaea :: Fiche technique de la dionée-
Sauter vers: